avec 3 brins de laine

C’est l’histoire d’une rituelle promenade dans la forêt, d’un père avec son fils, fils vêtu de ce rouge vif qui réchauffe le regard au milieu de pages aux teintes vieillies Ce « fil rouge » nous guide durant cette promenade.

Un album d’une vingtaine de pages d’un album pour nous rappeler, à travers une histoire universelle, ce qu’est l’amour familial: cette petite tache rouge tenace qui perdure au fil des pages, immuable malgré le temps qui passe. Ce sentiment qui se transmet au fil des générations, qui se doit d’être réciproque et demeure indispensable à tout être humain.

Une ode à l’amour mais aussi une belle description de du temps qui passe, de la vieillesse qui s’installe et des sentiments qui s’installent ou se dispersent.

Le complexe d’Eden BellwetherThriller psychologique

De nos jours dans la très renommée ville universitaire de Cambridge, Oscar, jeune aide-soignant, tombe amoureux d’Iris une étudiante, sœur d’un organiste prodige. Celui-ci, Eden, a une personnalité plus que troublante. Il est persuadé que la musique qu’il compose et ses talents de magnétiseur sont capables de soigner de graves maladies et pourquoi pas faire revivre les morts…Eden est-il le génie qu’il prétend être, ou bien un fou et génial manipulateur dangereux ? Iris est persuadée que son frère est mentalement dérangé et convainc Oscar d’espionner Eden pour mettre fin à ses élucubrations et le faire soigner…

Dans ce thriller, pas de tueur en série, pas de scène sanguinolente ou torride mais un gentil employé de maison de retraite qui croise par hasard de jeunes étudiants friqués qui vont le conduire là où il ne se doutait pas qu’il irait un jour… Benjamin Wood, âgé seulement de 35 ans, fait preuve dans ce premier roman, d’une maitrise narrative prometteuse. A suivre…

avec 3 brins de laine

Album soutenu par Amnesty International.

L’histoire est fondée sur des faits réels, une famille a fui la dictature au Portugal et a connu l'exil dans plusieurs pays…

Dans ce pays d’accueil on peut vivre sans pauvreté, les enfants peuvent aller à l’école mais c’est un monde triste où la mode uniformise la cour de l’école.

Les enfants vont à l’école, ils apprennent une nouvelle langue tandis que la mère cherche à les protéger du froid. Elle a l’idée de tricoter la laine des pulls unis achetés au magasin pour en faire des modèles uniques faits de 3 couleurs : des carrés, des chevrons, des rayures...
Et bientôt cette idée venue d’ailleurs est adoptée par les mères du quartier. Dans la ville plus gaie arrive le printemps.

Un conte moral qui peut ouvrir sur un débat à propos des migrants, sur l’accueil et l’intégration.

carnet de santé foireuseBD autobiographique à propos d'une maladie honteuse et invalidante ... la maladie de Crohn.
Une hospitalisation difficile, une maladie compliquée et un carnet comme une bouée de sauvetage…
Le graphisme explosif de cette BD nous fait ressentir ce que traverse l'auteur tout au long de sa cohabitation avec cette maladie.
Le tout saupoudré d’humour et d’autodérision nous permet de sourire et même de rire.
Un véritable bon moment malgré la gravité du sujet.