GrandMortScénario captivant, dessins somptueux.
Ce conte fantastique aux accents politiques, propose un voyage au-delà de la réalité et une plongée dans un quotidien qui ressemble au nôtre.
Les lecteurs qui affectionnent les univers qui oscillent entre la réalité contemporaine et un monde au-delà du réel vont être comblés.

6 albums pour l'instant, à suivre...

Le grand marin« Moi je veux pas d’une maison, je veux plus, moi, j’veux vivre ! J’veux partir et aller pêcher comme vous. J’attends pas moi. Non j’attends pas. Moi je cours. Vous partez bien, vous, vous courrez tout le temps… moi aussi je veux être en mer… »

Voilà ce que Lili répond au grand marin qui lui demande de l’attendre, comme toutes les femmes de marins, grands ou petits, qui acceptent d’attendre depuis que la pêche en mer se pratique. Mais Lili n’est pas une femme comme les autres.

Lili c’est Catherine, l’auteur de ce premier roman largement autobiographique. Elle écrit avec la même fougue, le même courage, la même rage que ceux qui n’ont rien à perdre et tout à prouver, mais aussi avec une infinie poésie qui se retrouve même dans les descriptions sordides de beuveries ou celles de combats corps à corps avec les flétans aussi grands qu’elle, qu’elle saigne et éventre et dont elle avale parfois le cœur encore palpitant… Un grand récit d’aventure, émouvant, difficile à lâcher.

Le grand méchant renardOriginale par son refus des stéréotypes, les situations loufoques s'enchaînent, les personnages sont attachants. Des éclats de rire devant certaines réparties. On peut y trouver une (modeste) leçon de respect et d'amour. Comment ne pas craquer pour ce pauvre renard "déterminé" et pour ses 3 petits... A lire et à partager en famille, un bon moment assuré.

 

Petit jeu : à ton tour d'être le grand méchant renard ! C'est par ici (chrgement un peu long)

La source

Ce roman fleuve qui traverse le XXème siècle aurait pu n’être qu’une saga familiale de plus. Les éléments sont tous présents : l’immense maison gothique dans son grand parc au fond d’un vallon, la famille déchirée par des secrets, des revers de fortune, des serviteurs dociles ou pas…Toute l’histoire est racontée à la narratrice par la nonagénaire rescapée de cette épopée servie par l’écriture précise, originale, poétique et parfaitement maitrisée de l’auteur. La vieille dame met en garde celle qui l’écoute ainsi que nous lecteurs : « …de tout cela je vous raconte l’histoire mais ne m’en croyez pas toujours sur parole, je ne suis que la récitante ».