PossédéesDans ce roman on ne peut plus sulfureux, tout est abominablement vrai. En 1617, Urbain Grandier, un jeune prêtre à l’esprit ouvert, humaniste brillant, bel homme de surcroît, est nommé curé à Loudun. Apprécié de ses paroissiens et encore plus de ses paroissiennes, il y fera une jolie carrière mais s’y attirera également de nombreux ennemis, politiques, religieux et même pères ou maris jaloux…L’horreur sera atteinte lorsque les religieuses du couvent des Ursulines l’accuseront de posséder leurs corps par démons interposés.

Les religieux fanatiques d’alors n’avaient rien à envier à ceux d’aujourd’hui. L’auteur suit scrupuleusement les faits historiques et met ainsi douloureusement en lumière ce siècle qui en manquait tant.

Réseau